ImageIdentiteFievre

Étude Fièvre Jaune

Outils de prévention
Une solution contre la pénurie mondiale de vaccins
Accès rapide
Le projet

En bref

Ce projet est terminé.

Où en est le projet ?

  • Analyse
  • Développement
  • Évaluation
  • Déploiement

identification du besoin

La fièvre jaune est une maladie hémorragique virale aiguë transmise par des moustiques infectés. C'est l'une des menaces de maladies infectieuses les plus graves au monde : selon l'OMS, cette maladie tue chaque année plus de 30.000 personnes, essentiellement en Afrique. Parce qu’il n’existe pas de traitement pour cette maladie, la vaccination reste la seule solution pour la prévenir. Or, c'est un vaccin qui prend beaucoup de temps à produire et il y a peu de fabricants, donc la capacité à augmenter rapidement la production en cas de besoin est limitée.

La réponse de La Fondation MSF

La Fondation MSF a financé un essai clinique conduit par Épicentre pour prouver l’efficacité du fractionnement de dose du vaccin contre la fièvre jaune et initier un changement de pratique à grande échelle en cas d’épidémie.

 

En vidéo

Les premiers résultats de l'étude sur la fièvre jaune publiés dans le Lancet

En détail

En juillet 2016, la demande de vaccins contre la fièvre jaune était plus importante que les doses mondialement disponibles. l’OMS a alors élaboré des recommandations pour l'utilisation de doses fractionnées de vaccin contre la fièvre jaune afin d'économiser des doses. 

L’objectif de cette étude menée depuis 2017 par Epicentre au Kenya et en Ouganda est de confirmer le fait qu’en injectant seulement 1/5ème de la dose du vaccin, les patients sont aussi bien immunisés qu’avec une dose entière.

La perspective serait un changement de recommandation de l’OMS qui autoriserait l’utilisation de doses fractionnées en cas d’épidémie afin que les doses disponibles permettent de couvrir la population à risque.

L'étude compte 1630 participants pris en charge au centre de recherche d’Épicentre à Mbarara en Ouganda et à l’Institut de Recherche Médicale de Kilifi au Kenya .

Les premiers résultats de ces recherches parus dans The Lancet le 9 janvier 2021 confirment que des doses fractionnées de vaccin offrent la même protection qu’une dose complète, y compris un an après la vaccination. Ces résultats ouvrent des perspectives exceptionnelles dans le cadre de la lutte contre cette maladie qui tue encore aujourd’hui un grand nombre de personnes.

 

Les acteurs du projet

Partenaires

  • Epicentre Logo
  • Kenya Medical Research Institut logo
  • University Oxford logo

L'équipe projet

  • Aitana Juan Giner
    Aitana Juan Giner
    Épidémiologiste - Coordinatrice de l'étude Epicentre
Découvrez

Les autres projets