UneAIforCC

AI4CC

Outils de diagnostic
(Intelligence artificielle pour le cancer du col)
Améliorer le dépistage du Cancer du col de l’utérus grâce à l’action combinée d’un test HPV et de l’Intelligence Artificielle
Accès rapide
Le projet

En bref

Le Cancer du col est une urgence humanitaire, plus de 90% des décès liés à cette maladie ont lieu dans les LMIC (pays à revenus faibles ou intermédiaires). Un dépistage précoce permet d’éradiquer les lésions pré-cancéreuses de manière très simple. La Fondation MSF en collaboration avec MSF et Epicentre a rejoint un consortium international dédié à l’amélioration du dépistage du cancer du col. Mené par le NCI (National Cancer Institute) aux Etats-Unis, ce consortium mène une large étude sur plus de 100.000 femmes pour évaluer une nouvelle approche du dépistage du Cancer du col : l’étude PAVE  (Human Papillomavirus and Automated Visual Evaluation).  

Cette nouvelle approche combine d’une part l’identification des femmes infectées par une souche de Human Papilloma Virus (HPV) à haut risque d’évoluer en cancer et d’autre part, parmi ces femmes HPV à haut risque, l’identification avec le soutien de l’IA de celles présentant des lésions pré-cancéreuses pouvant être traitées sur place et ainsi plus rapidement.   

C’est au Malawi que La Fondation MSF et ses partenaires mèneront cette étude clinique -après validation du conseil d'éthique de MSF et des autorités malawites- au sein du programme MSF de prise en charge des femmes atteintes de Cancer du col de l’utérus à l’hôpital Queen Elizabeth et du programme de dépistage dans les centres de santé de Blantyre. 

Où en est le projet ?

  • Analyse
  • Développement
  • Évaluation
  • Déploiement

Problème identifié 

Le Cancer du col est une urgence humanitaire, plus de 90% des décès liés à cette maladie ont lieu dans les LMIC (pays à revenus faibles ou intermédiaires). Pourtant les moyens sont connus pour éviter le développement du cancer du col de l’utérus :  

  • la vaccination HPV des jeunes filles pour les protéger 
  • le dépistage régulier et le traitement de lésions précancéreuses 

Plusieurs raisons expliquent donc cette terrible inégalité dans les LMIC, et contextes précaires :  

  1. L’accès à la prévention est trop faible. Le vaccin HPV est d’une part trop cher et d’autre part nécessite plusieurs doses rendant souvent le chemin vaccinal incomplet.
  2. Le diagnostic est trop tardif. Le dépistage n’est pas assez efficace en raison des problèmes d’accès, du prix trop élevé du dépistage HPV et enfin des erreurs dans la détection des lésions pré-cancéreuses en raison de la méthode VIA utilisée qui est peu performante.
  3. Le traitement de cancers détectés à ces stades tardifs est difficile: l’accès à la radiothérapie très limitée.

Solution  

Détecter mieux et plus tôt, c’est l’objectif du projet mis en œuvre par La Fondation MSF et ses partenaires, MSF et Epicentre, pour contribuer à diminuer la mortalité du Cancer du col de l’utérus, dans les LMIC, et particulièrement au Malawi. 

Pour ce faire, La Fondation MSF et ses partenaires ont rejoint un consortium international mené par le National Cancer Institute (NCI-USA). Ce consortium dédié à l’amélioration du dépistage du cancer du col est réparti sur 9 sites ( (Brésil, Nigeria, Salvador, Tanzanie, Malawi, Eswatini, Cambodge, Honduras et République dominicaine). Il s’agit d’une collaboration unique pour réfléchir et tester de nouvelles approches sur de grandes cohortes représentatives de la diversité des LMIC. Ce consortium a lancé une vaste étude sur plus de 100 000 femmes pour évaluer un nouveau protocole de dépistage combinant :  

  1. Étape 1 : mise en place d’un dépistage systématique de l’infection par une souche de Human Papilloma Virus (HPV) à haut risque d’évoluer en cancer. Cette systématisation est rendue possible grâce à une nouvelle technologie de test plus rapide et moins chère. 
  2. Etape 2 : Parmi les femmes identifiées comme présentant un HPV à haut risque dans cette étape 1, mise en place d’une nouvelle méthode d’identification des lésions pré-cancéreuses avec le soutien de l’Intelligence Artificielle qui permettra aux infirmières de mieux détecter et caractériser ces lésions lors de l’examen visuel du col de l’utérus (VIA).  

La Fondation MSF, MSF et Epicentre participent à cette vaste étude en mettant en place une étude clinique au Malawi pour évaluer :  

  • Avec le consortium, la performance de ce nouveau protocole de dépistage sur près de 10 .000 femmes. 
  • Au sein de la sous-population des femmes atteintes du VIH (fléau majeur au Malawi), la performance du traitement actuel des lésions pré-cancéreuses afin de trouver une prise en charge plus adaptée pour cette population extrêmement vulnérable.    

Ce nouveau protocole de dépistage porte en lui une vraie promesse de changement et permettra d'améliorer drastiquement la situation des femmes et de diminuer la mortalité liée à ce cancer dans les LMIC. 

En vidéo

AI4CC (Intelligence artificielle pour le cancer du col) qu’est-ce que c’est ?

Actualités du projet

En détail

Le Cancer du col : une urgence humanitaire 

95% des cancers du col de l’utérus sont causés par une infection persistante à certaines souches de papillomavirus dites à haut risques et présentes dans le monde entier. Cette infection va, chez certaines femmes, causer des lésions pré-cancéreuses qui se résorbent sans traitement spécifique ou se développeront en cancer au bout de plusieurs années. 

La réponse pour éviter le développement du cancer du col de l’utérus est connue, elle passe par :  

  • la vaccination des jeunes filles pour les protéger d’une infection par ces souches à haut risques 
  • le dépistage régulier et le traitement de lésions précancéreuses. 

De nombreuses raisons expliquent la terrible inégalité dans les LMIC et contextes précaires pour les femmes atteintes de cancer (accès à la prévention est trop faible, diagnostic est trop tardif, traitement difficile de cancers détectés à ces stades tardifs).  

Les équipes MSF ont pu le constater au Malawi : plus de 4000 femmes sont atteintes chaque année du Cancer du col de l’utérus, et près de 3000 femmes en meurent (wcrf.org .2020). C’est probablement l’un des pays avec le plus grand nombre de cas de Cancer du col de l'utérus.  

En 2018, MSF a ouvert un programme sur la prise en charge de patientes touchées par le Cancer du col de l'utérus dans le district de Blantyre. Les activités vont du dépistage, au traitement des lésions précancéreuses et des lésions cancéreuses précoces en passant par la chirurgie spécialisée et les soins palliatifs pour les patients atteints d'un cancer à un stade avancé. Les équipes travaillent au sein de l'hôpital central Queen Elizabeth de Blantyre. Elles soutiennent également plusieurs centres de santé du district et organisent des sessions de sensibilisation communautaire. 

PaveStudyLogo

Le consortium et l’étude Pave 

Depuis quelques années, des équipes de recherche travaillent en réseau à l’échelle internationale pour développer des technologies permettant de diminuer le coût du dépistage et d’améliorer sa performance.  

Ce Consortium international mené par le National Cancer Institute aux États-Unis regroupe une dizaine d'institutions dont La Fondation MSF et MSF pour évaluer une nouvelle approche du dépistage du Cancer du col.  

Les résultats exploratoires sont très positifs et doivent maintenant être confirmés par une étude clinique prospective muti-centrique. 

L’étude du consortium va permettre de tester et valider les performances combinées  

  • d’un test de détection d’HPV à haut risque 
  • d’un outil algorithme d’intelligence artificielle pour aider les infirmières à détecter et caractériser les lésions pré-cancéreuses au niveau du cervix lors d’un VIA. 

Ce consortium est un exemple unique de collaboration internationale visant à mettre en place un véritable changement de pratiques médicales et créer un outil open-source mobilisant l’intelligence artificielle. Cette vaste étude d’une ampleur rarement égalée, dans son nombre comme dans sa diversité au sein des LMIC, permettra de valider ce nouveau protocole et changera radicalement l’accès aux soins de milliers de femmes aujourd’hui oubliées dans la lutte contre ce cancer. 

Le rôle de La Fondation MSF 

Le rôle de la Fondation MSF est de soutenir les opérations de MSF dans l'amélioration des normes de soins, d'évaluer quelles technologies peuvent contribuer, de manière assez "simple" et directe, aux pratiques médicales dans des environnements vulnérables, et de les ramener et les adapter à nos domaines. Ainsi, nous recherchions de nouveaux moyens de permettre une meilleure détection des femmes présentant des lésions précancéreuses. C'est ainsi que La Fondation MSF est entrée en contact avec le NCI après qu'il ait publié un article mettant en évidence le potentiel de l'intelligence artificielle dans l'analyse des photos de l'IVA.

Depuis, La Fondation MSF travaille quotidiennement à la mise en place et à la coordination de ce projet unique en son genre avec de multiples partenaires, en nous appuyant sur les meilleures ressources disponibles en interne et en externe. Il s'agit d'organiser l'intégration du projet de dépistage de MSF Malawi au sein de l'étude, de collaborer pour établir des objectifs spécifiques pertinents pour MSF Malawi et d'autres LMICs, de s'appuyer sur l'expertise d'Epicentre sur l'étude, la motivation et la connaissance du personnel de terrain sur le contexte, l'expert médical de MSF....

C'est au Malawi, au cœur du programme MSF l'étude clinique sera lancée sur près de 10 000 femmes.  

Il s'agira notamment d'évaluer, au sein de la sous-population des femmes vivant avec le VIH (un fléau majeur au Malawi), la performance du traitement actuel des lésions précancéreuses. Cette analyse permettra de confirmer que le traitement proposé peut éradiquer définitivement ces lésions et prévenir leur évolution vers le cancer.

Les perspectives et résultats attendus  

Si les performances sont celles attendues, ce nouveau protocole améliorera considérablement le dépistage précoce du Cancer du col en:  

  • Rendant accessible le dépistage systématique par test HPV des souches à risque de l’HPV (le dépistage HPV est la méthode la plus fiable pour identifier les femmes susceptibles de développer un cancer mais le matériel actuel nécessite aujourd’hui trop de ressources en temps et argent pour être exploitable à grande échelle). Cette nouvelle technologie divisera par 2 les coûts et par 10 le temps en centrant l’analyse sur les souches à haut risque. 
  • Améliorant le dépistage des lésions pré-cancéreuses lors de l’examen du col de l’utérus. Ce test visuel est aujourd’hui très pratiqué car facile à mettre en place mais peu performant et opérateur dépendant. L’intelligence artificielle a d’excellentes performance sur des examens visuels  
  • Validant l’usage d’un outil open source d’aide au diagnostic à base d’intelligence artificielle pour améliorer la détection et la caractérisation des lésions pré-cancéreuses. 

  

TimelineAiforCC
Les acteurs du projet

Partenaires

  • Epicentre Logo
  • NCILogo
  • MohMalawi

L'équipe

  • Pauline Choné
    Pauline Choné
    Program Manager La Fondation MSF
  • Farideh Almani
    Farideh Almani
    PAVE project coordinator National Cancer Institut
  • GeorgeAi4CC
    Dr George Kassim Chilinda
    PAVE-MSF co-principal investigator / Onco-surgeon MSF Malawi Mission
  • Dr Narine Danielyan
    Dr Narine Danielyan
    Medical Coordinator MSF Malawi Mission
  • Dr Camille Desforges
    Dr Camille Desforges
    External Activity Manager - Cervical Cancer Project MSF Malawi Mission
  • Amna Haider,  Study Principal Investigator, Epicentre
    Dr Amna Haider
    PAVE-MSF Principal Investigator / Epidemiologist Epicentre
  • Dr Sylvie Goossens
    Dr Sylvie Goossens
    Project coordinator - Cervical Cancer Project MSF Malawi Mission
  • Dr Charlotte Ngo
    Dr Charlotte Ngo
    Gyne-oncology advisor MSF Medical Department
  • Estelle Pasquier
    Dr Estelle Pasquier
    Epidemiologist Epicentre
  •  ELISHA KAZONDE / La Fondation MSF
    Emilie Phiri
    PAVE-MSF study coordinator MSF Malawi Mission
  • PictoEquipe
    Dr Henry B. K. Phiri
    PAVE-MSF co-Principal investigator / Deputy Director, Sexual and Reproductive health department MOH Malawi
  • PictoEquipe
    Mark Schiffman
    PAVE Principal Investigator (consortium level) National Cancer Institut
  • Silvia de Sanjosé
    Silvia de Sanjosé
    PAVE co-Principal Investigator (consortium level) National Cancer Institut
  • Birgit SCHRAMM
    Dr Birgit Schramm
    Epidemiologist Epicentre
  •  Katharina Weizsacker
    Dr Katharina Weizsacker
    Gynaecology advisor MSF-OCP Medical Department
Découvrez

Les autres projets

  • ImageUneAntibiogoGde

    Antibiogo

    Antibiogo est un dispositif médical d’aide au diagnostic qui vise à aider les médecins à prescrire les antibiotiques les plus efficaces à leurs patients. Il est disponible sous forme d’une application Android gratuite, open source et hors ligne qui permet aux techniciens de laboratoire non experts de mesurer et interpréter les antibiogrammes et ainsi permet de fournir des résultats précis pouvant être également utilisés à des fins de surveillance  et de mise à jour des traitements empiriques basés sur l'étiologie réelle.

  • ImageUne3D

    Programme 3D

    Prendre une empreinte numérique pour permettre aux meilleurs experts de concevoir à distance des prothèses de membres supérieurs et d’orthèses de compression pour les brûlures du visage et du cou des patients pris en charge par MSF, voici ce qu’a permis l’utilisation de la technologie 3D aujourd’hui en Jordanie, Haïti ou à Gaza.

  • UneDiatropix

    TDR Rougeole et Méningite

    DiaTROPIX est une nouvelle plateforme de développement et production de tests de diagnostic rapide (TDR) au sein de l’Institut Pasteur Dakar. Cette initiative à but non lucratif a pour ambition de produire de nouveaux tests de diagnostic rapide qui pourront être mis à disposition dans les pays où l'accès au diagnostic en laboratoire est faible ou inexistant

  • UneAlerteEpidemie

    Alerte-Épidémies

    Alerte-épidémies est un système de traitement et de notification des alertes pour détecter et réagir aux épidémies de maladies infectieuses, notamment de rougeole, méningite, choléra et Covid19, dans les situations précaires

  • UneEN_Reeduc

    Développement de l'offre de rééducation

    La physiothérapie fait partie des activités de MSF depuis des années, principalement en ce qui concerne les traumatismes et les brûlures. La Fondation MSF a lancé en 2017 le projet d'impression 3D et de pratiques avancées de rééducation pour les visages de brûlés et les prothèses de membres supérieurs. En coordination avec les équipes opérationnelles et médicales MSF, elle va développer à présent de nouvelles activités et soutenir les initiatives du terrain pour mieux intégrer la physiothérapie dans notre offre de soins, notamment en ce qui concerne la pédiatrie, la santé des femmes et la réhabilitation des brûlés.  

  • SmsAfyayetu

    SMS AFYA-YETU

    Améliorer le suivi des patients atteints d’une maladie chronique dans des contextes précaires

  • Mini-Lab

    Mini-Lab

    Le projet Mini-Lab a pour but de concevoir et de réaliser un laboratoire de bactériologie clinique, tout-en-un, autonome, transportable, à un coût abordable et surtout adaptée aux terrains d’intervention de MSF. Ce concept, développé par MSF avec ses partenaires, est aussi destiné à être rendu disponible aux acteurs de la santé dans les pays à ressources limitées. Le projet Mini-Lab hébergé par MSF a pu bénéficier d’autres mécanismes de financement et la Fondation MSF a pu réorienter ses financements sur d’autres initiatives naissantes.

  • ImageIdentiteFievre

    Étude Fièvre Jaune

    La Fondation MSF a financé un essai clinique  conduit par Épicentre pour prouver l’efficacité du fractionnement de dose du vaccin contre la fièvre jaune et initier un changement de pratique à grande échelle en cas d’épidémie.