© ALIMA/WTYSL

Un nouveau protocole pour améliorer la prise en charge des enfants souffrant de malnutrition


La Fondation MSF soutient l’étude Opti-MA conduite par ALIMA (The Alliance for International Medical Action).

/ Le constat terrain. S’ils ne sont pas pris en charge assez tôt, les enfants qui souffrent de malnutrition aiguë modérée peuvent devenir malnutris aiguës sévères avec des risques de complications et parfois la nécessité d’hospitalisations. 

/ La réponse. Initier un nouveau protocole simplifié qui repose sur la mesure du périmètre brachial (PB) par les mères à la maison et qui permettra de prendre en charge plus d’enfants précocement sans augmenter les coûts. Pour en savoir plus, voir la timeline.

Un protocole transformatif
-
Qui donne aux mères ou membres de la famille une place centrale dans la détection de la malnutrition aiguë chez leurs enfants par la mesure du périmètre brachial (PB) directement à la maison.

Mise à l'échelle
-
Après publication des résultats, l'objectif est d'initier un changement de protocole au niveau des pays du Sahel. 

Résultats préliminaires
-
"Nous avons un taux de guérison qui dépasse 90%. Et même pour les plus dénutris, c’est-à-dire ceux qui ont le périmètre brachial dans le rouge, on a des taux de guérison qui dépassent 80%." Susan Shepherd, coordinatrice de recherche opérationnelle chez ALIMA pour SciDev.Net  

Coût du projet en 2017 : 1.525.000 euros dont 250.000 euros de La Fondation MSF

2018 2017
2018

Les grandes étapes du nouveau protocole

Problématique, solution proposée... 1 minute pour comprendre les grandes étapes du nouveau protocole pour la prise en charge précoce de la malnutrition. 

Opti-MA

© ALIMA/WTYSL

L'analyse des données

La phase d’admission étant terminée, l’équipe projet est en train de traiter les données en vue d’une publication prochaine. Si les résultats le permettent, l’objectif sera ensuite de conduire un plaidoyer pour l’adoption de ce nouveau protocole dans les pays du Sahel. 

2017
Opti-MA

© ALIMA/WTYSL

Conduite de l’étude

Depuis le premier janvier 2017 et pour une durée de 12 mois, l’étude a été conduite dans 54 centres de santé du district sanitaire de Yako, situé dans la région Nord du Burkina Faso. Il y a eu 5437 admissions d'enfants âgés de 6 mois à 5 ans.

Opti-MA

© ALIMA/WTYSL

Un nouveau protocole

Il repose sur  la prise en charge des enfants malnutris aiguës avec un seul et unique aliment thérapeutique et selon un seul critère anthropométrique élargi jusqu’à PB <125 mm.

Cette innovation devrait permettre d’une part une prise en charge plus précoce pour un plus grand nombre d'enfants traités, et d’autre part une gestion de la programmation simplifiée pour les professionnels de la santé et à moindre coût.

Opti-MA

© ALIMA/WTYSL

Germaine a participé à une formation dans son village

 « Le formateur nous a d'abord montré comment utiliser le MUAC, et ensuite nous avons pratiqué. Grâce aux couleurs, c'est facile pour ceux d'entre nous qui ne savent pas lire. Une fois que vous comprenez comment l'utiliser, c'est très simple. »

Opti-MA

© ALIMA/WTYSL

Mariama Issoufou, responsable d'étude au Burkina Faso

« Les difficultés apparaissent sur le long terme. Le bracelet peut être perdu ou abîmé. Les mères très occupées peuvent oublier de mesurer régulièrement le PB de leur enfant. Nous avons formé les agents de santé à base communautaire pour qu’ils rappellent aux mères de prendre le PB de leur enfant. »

Opti-MA

© ALIMA/WTYSL

Le projet dans les médias

Susan Shepherd, médecin pédiatre et coordinatrice de recherche opérationnelle chez ALIMA, explique l’étude à SciDev.Net

Découvrir l'interview