© Marco Pascucci/MSF

Lutte contre la résistance aux antibiotiques


Ce projet vise à lutter contre la propagation de la résistance aux antimicrobiens et à garantir l'égalité d'accès à un diagnostic correct dans le monde entier.

Comme l'a déclaré l'Organisation mondiale de la santé (rapport de l'OMS sur la RAM), la résistance aux antimicrobiens (RAM) est une préoccupation majeure de santé publique.

L'accès à un bon diagnostic des maladies bactériennes n'est généralement pas disponible dans les milieux à faibles ressources. Cela conduit à un traitement non approprié du patient et à la sélection de souches résistantes en raison de l'utilisation non rationnelle d'antibiotiques à large spectre.

Les antibiogrammes sont un test facile à mettre en œuvre pour détecter la résistance des bactéries aux antibiotiques.

Le résultat brut d'un antibiogramme doit être interprété par un microbiologiste, et les microbiologistes sont rares dans les milieux à faibles ressources (LRS).

ASTapp est une application gratuite, hors ligne, sur smartphone pour aider le personnel non expert des LRS à interpréter les antibiogrammes dans leurs activités courantes de laboratoire. 
Il effectuera l'analyse des images d'antibiogrammes et fournira des conseils pour le traitement approprié du patient.
 

Une préoccupation majeure de santé publique
-
La résistance aux antimicrobiens s'accroît dans le monde entier, ce qui rend de nombreux médicaments inefficaces. Sans intervention, les agents pathogènes résistants aux médicaments pourraient entraîner des millions de décès d'ici 2050.

Plan d'action mondial pour la résistance aux antimicrobiens
-
4 actions identifiées par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) : Améliorer la sensibilisation et la compréhension de la résistance aux antimicrobiens / Renforcer les connaissances par la surveillance et la recherche / Réduire l'incidence des infections / Optimiser l'utilisation des agents antimicrobiens

Nos partenaires
-
La Fondation MSF développe ce projet en partenariat avec : Dr. Amin Madoui, Chercheur scientifique attaché à l'UMR 8030 Genoscope Metabolic Genomics, CEA/CNRS/Univ Evry. Le Dr. Madoui est à l'origine du projet avec Nada Malou, réfèrente microbiologiste à MSF. Pr. Christophe Ambroise du Laboratoire de Mathématiques et Modélisation (LaMME) de l'Université d'Evry. Ce partenariat nous permet de disposer de locaux et de serveurs essentiels au développement du projet. Le Pr. Christophe Ambroise met également à notre disposition les compétences et les expertise d’ingénieurs du LaMME et il participe à l'encadrement du responsable du développement de l’application. Dr. Guilhem Royer au sein du laboratoire de Bactériologie et d'Hygiène Hospitalière du CHU Henri Mondor à Créteil. Nous disposons ainsi d'une grande diversité de photo d'antibiogramme accompagnée d'une expertise microbiologique.

L’équipe

©

L'équipe projet de La Fondation et ses partenaires.

De droite à gauche

  • Laëtitia Viaud, Fondation MSF
  • Pr. Christophe Ambroise, Université d'Evry, LaMME
  • Céline Langendorf, Epicentre
  • Dr. Amin Madoui, Génoscope
  • Dr. Guilhem Royer, CHU Henry Mondor de Créteil
  • Marco Pascucci, Fondation MSF
  • Dr. Nada Malou, MSF
  • Clara Nordon, Fondation MSF
  • Isabelle Mouniaman, MSF
  • Dr. Northan Hurtado, MSF
  • Maître Georgie Courtois
  • Et Alexis Fasquel, Fondation MSF 

    © MSF

    Nada Malou

    Microbiologist Advisor

    Réfèrente microbiologiste chez MSF, Nada est titulaire d'un doctorat en microbiologie et elle est spécialisée dans les maladies infectieuses et tropicales. 
    Elle travaille chez MSF depuis 2012 où elle a mis en place les 5 laboratoires de bactériologie de MSF France. Elle s'assure que le projet ASTapp répond aux besoins techniques rencontrés sur les sites de MSF.

    © MSF

    Marco Pascucci

    Responsable du développement de l'application

    Marco Pascucci (doctorat en physique, maîtrise en systèmes informatiques) est en charge du développement de l'application.